Vous êtes
cotisant à la SSI

Vous êtes gérant majoritaire de votre SARL ou en nom propre, en tant qu’artisan ou commerçant vous cotisez à la retraite à la Sécurité Sociale des Indépendants en tant que chef d’entreprise.
Avez-vous le droit et intérêt à mettre en paiement vos retraites dans le cadre de la carrière longue ? Comment régulariser votre carrière pour récupérer des trimestres ou des points ? Le cumul emploi-retraite ou la retraite progressive : quelles sont les conséquences ? A travers une expertise retraite, nous pouvons répondre à toutes ces questions, évaluer le montant de vos retraites puis déterminer la date optimale de mise en paiement de votre retraite.

Parlons ensemble de votre projet
Diagnostic gratuit • Expertise fine • Simplicité

Les valeurs ajoutées d’une expertise Défi Retraite

1. Évaluer la pertinence d’une retraite pour carrière longue

Vous pouvez bénéficier de la retraite anticipée pour carrière longue et percevoir votre retraite avant 62 ans sous réserve de remplir deux conditions :

1/ avoir acquis 5 trimestres (ou 4 trimestres si vous êtes nés entre le 1er octobre et le 31 décembre) avant la fin de l’année civile de vos 20 ans
Il ne faut pas se limiter au décompte des trimestres avant la date anniversaire de vos ans.
2/ avoir atteint le nombre de trimestres « carrière longue » requis.

Le nombre de trimestres requis est égal au nombre de trimestres à atteindre pour être à taux plein.
Les trimestres « carrière longue » pris en compte peuvent ne pas correspondre aux trimestres validés figurant sur votre relevé de carrière, mais peuvent ne pas se limiter aux trimestres cotisés. Les trimestres « carrière longue » peuvent inclure certains trimestres « assimilés » comme le chômage, la maladie ou encore l’armée… Certains rachats de trimestres, les trimestres de régularisations de cotisations ou encore les trimestres générés par la cotisation volontaire sont retenus. Est par contre exclu de ce décompte les trimestres équivalents ou de majoration.
On ne peut retenir par exemple que 4 trimestres de chômage dans ce décompte, mais la perception de plusieurs mois de chômage ne génère pas forcément un trimestre de chômage, si sur cette même année, il y a déjà quatre trimestres cotisés.

Les conseils de Défi Retraite :
Avant de mettre en paiement une retraite pour carrière longue, sachant qu’une demande de retraite est ferme et définitive, il faut connaître le montant de la retraite pour déterminer la date optimale, et déterminer si il est opportun ou non de repousser de quelques mois la mise en paiement.
Il faut évaluer la meilleure solution entre la retraite progressive – si elle est possible – et la retraite anticipée pour carrière longue.
La retraite progressive vous permet de ne pas cotiser à perte, mais de ne percevoir qu’une fraction de votre retraite. La retraite anticipée pour carrière longue, dans le cadre du cumul emploi-retraite, permet de percevoir la totalité de votre retraite mais fige définitivement le montant de celle-ci.
Différer la retraite à 62 ans peut permettre de d’affranchir des contraintes du cumul plafonné.
Le cumul emploi-retraite permet d’envisager la demande de retraite anticipée pour carrière longue sans entraîner une cessation d’activité, et rester chef d’entreprise (gérant de SARL, Président de SAS, indépendant…).

Les conseils de Défi Retraite :
Soyez vigilent au bon enregistrement de vos droits, y compris vos points de retraite complémentaire AgircArrco, et surtout vos périodes de chômage ou maladie, le cas échéant.
Toute première demande de régularisation de carrière auprès de la Carsat (régime de base des salariés) entraine l’émission d’un questionnaire adressé par ce régime. Il n’y a aucune urgence à retourner ce questionnaire, sauf si une demande de retraite est en cours. Avant de retourner ce questionnaire, il faut s’assurer du bon enregistrement de l’ensemble de vos droits auprès de ce régime et sur l’ensemble de votre carrière. A défaut, toute demande ultérieure pourra être refusée.

2. Régulariser votre carrière

Les caisses de retraite vous invitent à les contacter afin de régulariser votre carrière. Cela est notifié sur vos relevés de carrière. Les relevés de carrière ne reprennent pas forcément de manière exhaustive l’ensemble de vos droits. L’expert retraite dédié de notre bureau d’étude a la légitimité de vous assister dans toutes les démarches administratives auprès des caisses de retraite ou autres organismes. L’objectif est de régulariser votre carrière ou mettre en paiement vos retraites. Cette délégation est permise grâce au mandat confié. Pour vérifier la bonne prise en compte de vos droits, il faut vérifier la cohérence des informations reportées sur vos relevé de carrière et lever certains préjugés !

Pour les femmes, jusqu’à 9 trimestres peuvent être attribués par enfant. Pour les hommes, 365 jours de service militaire peuvent générer jusqu’à 5 trimestres.
Sauf exception, le chômage rémunéré engendre des points de retraites complémentaires Arrco, et Agirc si vous étiez cadre avant de percevoir le chômage.
Une activité salariée contractuelle reportée sur votre retraite de base du régime général génère des points Agirc Arrco (si l’employeur est privé) ou Ircantec (si l’employeur est privé), et ce même dans le cadre d’un travail saisonnier ou de courte durée. Il y a possibilité d’obtenir des points en cas d’absence de cotisations versées par l’employeur.
Certains droits peuvent être récupérés même si vous n’avez aucun bulletin de salaire.

Profitez d'un premier diagnostic gratuit

Vous vous interrogez sur les conditions de votre départ en retraite ?

Profitez d’un premier RDV gratuit, en face à face ou en visio, avec l’un de nos consultants retraite. Nous détectons d’éventuelles anomalies sur votre relevé de carrière et vous recevez un premier diagnostic de votre situation en direct. Dates possibles d’enclenchement des droits, montants associés… nous projetons plusieurs scénarios pour votre retraite, en fonction de vos objectifs.

3. Déterminer les règles du cumul emploi-retraite

Le cumul emploi-retraite permet de percevoir la totalité de sa retraite tout en ayant une activité professionnelle : en tant que chef d’entreprise, salarié ou profession libérale.

Il existe deux cadres réglementaires différents : le cumul emploi-retraite libéralisé ou le cumul emploi-retraite plafonné.
Dans les deux situations de cumul, le montant de la retraite est figé, et vous n’êtes pas affranchi de régler des cotisations retraite.

Sous 3 conditions, Il n’y a aucune contrainte, et vous êtes sous les règles du cumul libéralisé :
– Être à taux plein, lié à l’âge ou au nombre de trimestres ;
– Avoir atteint l’âge légal de mise en paiement des retraites ;
– Avoir mis en paiement toutes les caisses déclenchables à taux plein.

Les conseils de Défi Retraite :
Même si le cumul emploi-retraite est possible, il faut déterminer la date optimale, il est parfois judicieux de différer de mise en paiement des retraites, ne serait-ce de quelques mois. Sachant que la retraite est ferme et définitive.
En tant que chef d’entreprise ou profession libérale, une connaissance anticipée des règles du cumul emploi-retraite permet de concilier le maintien d’un revenu, dans toute situation
Pour les professions libérales, le cumul emploi-retraite est fréquemment rentable, avec ou sans rachat de trimestre préalable, bien avant 65/67 ans.
Il est souvent pertinent de comparer l’intérêt du cumul emploi-retraite avec celui de la retraite progressive.

Les conseils de Défi Retraite :
Pour les cotisants à la SSI : il ne faut pas rater le 1er janvier, car c’est la seule date annuelle possible pour mettre en paiement une retraite progressive, ce qui n’est pas le cas des salariés.
La suspension d’une retraite progressive pour non respect des règles entraine un rejet définitif, on ne peut faire une deuxième demande de retraite progressive dans sa carrière, nous avons le droit à un seul joker !
Il faut avoir évalué la rentabilité d’un rachat de trimestre avant de mettre en paiement votre retraite progressive, car la mise en paiement d’une retraite progressive interdit tout rachat de trimestre ultérieur.
Si la retraite anticipée pour carrière longue est possible, il faut évaluer la meilleure solution entre la retraite progressive et la retraite anticipée pour carrière longue.
La retraite progressive vous permet de ne pas cotiser à perte, mais de ne percevoir qu’une fraction de votre retraite. La retraite anticipée pour carrière longue, dans le cadre du cumul emploi retraite, permet de percevoir la totalité de votre retraite mais fige définitivement le montant de celle-ci.

4. Évaluer la pertinence d’une retraite progressive

La retraite progressive permet de percevoir une fraction de sa retraite sous réserve, pour les salariés d’être soit à temps partiel, pour les cotisants à la SSI de baisser son revenu professionnel.
La retraite progressive est envisageable dès 60 ans, même si les conditions de carrière longue ne sont pas remplies. A la différence du cumul emploi-retraite, la retraite progressive ne fige pas le montant des retraites. A la mise en paiement de la retraite définitive, qui peut intervenir plusieurs années après avoir bénéficié de la retraite progressive, le montant de la retraite versée tient compte des trimestres et points générés pendant la perception de la retraite progressive.

Ils témoignent

Les photos ont été changées par souci de discrétion.

97%

de satisfaction
(moyenne 2019)

100% de nos experts

expert issu d'une caisse de retraite

1er

réseau nationnal

12 années

d'expertise